Les coulisses d’une séance-photo bébé

S’il y a bien une chose que je regrette, c’est de ne pas avoir pu immortaliser ma première grossesse par une séance photo réalisée par un(e) professionnel(le). En réalité, tout était planifié et je devais normalement passer toute une matinée avec mon chéri, sous le feu des projecteurs comme on dit, mais mon alitement forcé m’a forcé à annuler ce beau moment que je me languissais de passer. En revanche, sauf avis contraire, je ne voulais absolument pas passer à côté d’une séance photo dédiée à mon tout-petit, quitte à attendre du fait de sa prématurité. En effet, alors qu’une séance photo bébé a normalement lieu entre le 6ème et le 12ème jour de vie, j’ai préféré attendre que Tom ait fêté son premier mois pour réaliser son shooting, afin qu’il ne soit plus autant fragile qu’à la sortie de la maternité.

Séance photo nouveau né Muriel Mees

J’ai donc fait appel à Muriel Mees, dont la façon de photographier les nouveaux-nés, à la fois tendre et épurée, m’a tout de suite conquise. C’est ainsi que mon chéri, Tom et moi nous sommes rendus à son studio situé à Solliès-Pont, à quelques kilomètres de Toulon, un dimanche matin du début du mois d’octobre, afin de capturer notre nouveau trio, notre famille réunie.

Séance photo nouveau né Muriel Mees

Chaque photographe a sa propre manière de travailler, chaque séance photo est différente car chaque bébé réagit d’une façon qui lui est propre, mais je tenais à vous faire part de mon expérience ici, car il s’agit pour moi d’un très beau moment dans ma nouvelle vie de maman, que je souhaite à chaque parent de passer. Je vous livre ainsi le déroulé de la séance photo telle que celle-ci s’est produite avec nous, mais j’ai aussi glissé quelques conseils afin de mettre toutes les chances de son côté pour une séance photo réussie.

Recréer un nid douillet

Séance photo nouveau né Muriel Mees

Les premiers instants d’une séance photo (je crois ne pas me tromper en indiquant qu’il s’agit en quelque sorte d’un passage obligé) sont consacrés au confort de bébé. A quelques jours ou quelques semaines de vie, le but est bien qu’il soit le plus en confiance possible, qu’il s’endorme idéalement, afin de pouvoir le capturer happé par le sommeil. Et pour cela, il n’y a pas de secret, bébé doit avoir bien tété ou bien pris le biberon.

Avant de me rendre à la séance, je redoutais que Tom soit agité, trop agité pour pouvoir commencer les prises de vue. C’est ainsi que je l’ai allaité directement dans le studio de Muriel, espérant qu’il s’endorme juste après. Après l’avoir bercé, bruits blancs en fond sonore, après l’avoir re-nourri, Tom a fini par se laisser emmailloter en prévision des photos, mais cela a été très long ! Entre notre arrivée et les premiers clichés, il s’est peut-être déroulé une heure, une heure et demie, le but étant de ne pas le brusquer et de lui faire passer ce moment tout en douceur. Je conseille à toutes les mamans qui allaitent de ne pas hésiter à faire durer la tétée afin d’être bien sûr que bébé soit repu et  ne réclame pas trop vite.

Mettre en place un fil conducteur

Séance photo nouveau né Muriel Mees

En commençant par les photos dans la corbeille, puis en enchaînant avec celles sur le gros pouf et enfin en terminant par les clichés à trois, la séance suit un fil conducteur qui concoure à son bon déroulement. Car le but n’est pas d’éterniser la séance photo, qui reste une épreuve fatigante pour le bébé alors manipulé. Avec Muriel, j’ai vu les poses s’enchaîner de manière très naturelle, avec toujours comme souci de faire selon l’humeur et la souplesse de notre petit Tom.

Pour moi, il était très important de respecter ce fil conducteur et de ne pas m’immiscer en étant trop intrusive ou en suggérant des tenues ou des poses qui ne rentrent pas dans celles pratiquées habituellement par la photographe. On choisit avant tout un photographe pour son univers, pour sa touche personnelle, qu’il s’agisse de la couleur, de la lumière qui ressort de chaque cliché, et on accepte ainsi de ne rien contrôler pour être, au final, surpris dans le bon sens du terme. Et puis, lâcher prise, pour une jeune maman, je vous assure que cela fait énormément de bien !

Capturer, sublimer

Séance photo nouveau né Muriel Mees

Vous vous souvenez des photos de nouveaux-nés de la photographe Anne Geddes, que l’on voyait partout dans les années 2000? Eh bien à l’époque, j’étais fan de ces tout-petits sortant des roses ou des choux, de ces bambins en déguisements d’animaux… mais aujourd’hui ce n’est plus le cas ! Et pour la séance photo de mon petit Tom, il était hors de question de partir dans des mises en scène kitsch à souhait. Nous avons ainsi été sur la même longueur d’onde avec Muriel, qui privilégie le naturel avec une accessoirisation discrète, sans fioritures. C’est avant tout le bébé qui est au cœur, sur lequel est véritablement fait le focus et non le décor. Cette volonté se poursuit en post-production, puisque la photographe s’attache à rester fidèle au visage du nouveau-né, en estompant les petits boutons, rougeurs, éventuelles griffures, mais en n’abusant en aucun cas des retouches sur Photoshop.

Seance photo bébé

J’ai depuis reçu les clichés et ai en quelque sorte revécu notre séance photo en en prenant connaissance. Je suis tellement fière de la série de photos dont il émane une douceur, une quiétude chez bébé, un bonheur tout simplement. Je pense que c’est bien cela la clé : être en phase avec la ou le photographe, afin qu’il ou elle puisse capturer ce nouveau bonheur, à trois ou plus selon le nombre de membres que compte la famille. Et puis quand tout se passe bien comme moi avec Muriel, la photographe devient plus qu’un « prestataire de service », mais tient une grande place car représente le regard, celui qui capture et sublime… d’abord le nouveau-né avec une première séance, puis bébé lorsqu’il se tient assis lors d’une deuxième séance, mais aussi le petit deuxième, la tribu réunie etc. <3

One comment Add yours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *