Bien-être post-partum

Cet article, cela fait des mois qu’il se trouve dans mes brouillons. Ecrire sur la vision de mon corps après la grossesse, et plus généralement de mon bien-être, cela me paraissait une évidence, mais comme je comptais m’y livrer, j’ai finalement mis du temps à rassembler tout ce que j’avais en tête.

Bien-être jeune maman

Et puis voilà, hier soir, j’ai décidé de m’y remettre pour de bon, parce qu’un peu plus de 6 mois après « ma naissance » en tant que maman, j’ai enfin tous les mots pour évoquer ce grand sujet qui vous parlera, je l’espère, et qui vous fera peut-être vous confier vous aussi.

Le syndrome du ventre videBien-être jeune maman

J’ai quasiment passé toute ma grossesse à m’enduire de crème et d’huile anti-vergétures, c’était en quelque sorte mon rituel quotidien, pour me faire plaisir à moi mais aussi pour rentrer en lien avec mon bébé. J’en ai d’ailleurs parlé ici et . Lorsque j’ai été mise au repos forcé à 32 sa, la sage-femme m’a tout de suite informée que je devais arrêter de me tartiner le ventre d’huile, car je contractais déjà beaucoup et qu’il ne fallait surtout pas stimuler mon ventre davantage. Et j’ai passé les trois semaines suivantes frustrée de ne plus pouvoir m’adonner à ces massages. Bien sûr, je posais mes mains sur mon ventre pour sentir le bébé bouger, mais finalement ce n’était plus pareil. Tom a pointé le bout de son nez en avance et après sa naissance, je n’arrivais pas du tout à toucher mon ventre. Je ne pouvais pas, je ne voulais pas. Cela a duré, duré… jusqu’à ce que je découvre sur Internet le syndrome du ventre vide. Tout de suite, je me suis reconnue dans les articles que j’ai pu lire. Tout concordait ou presque : j’étais l’heureuse maman d’un adorable poupon qui se montrait incroyablement fort, mais en même temps, je regrettais mon ventre rond, sans toutefois me sentir déprimée. Avec le recul, je pense que cette sensation a été la conséquence de l’accouchement prématuré qui ne m’a pas laissé le temps de dire un au revoir à mon bidou de femme enceinte et du déclenchement qui ne m’a pas permis de profiter de ma fin de grossesse. C’est comme si je n’avais pas bien perçu la transition entre mon état de future maman et mon nouveau statut de maman. Même si la césarienne s’est très bien passée physiquement, on ne peut pas nier qu’elle a une incidence assez forte sur le psychologique. Avec une telle opération, la transition est moins fluide, elle est même brutale, mais la joie de découvrir son bébé, sa chair, même quelques heures après sa venue au monde, réussit heureusement à surpasser cela.

Et puis deux mois après la naissance de Tom, ma meilleure amie est venue passer quelques jours à la maison et m’a demandé si je prenais soin de ma cicatrice en l’hydratant. La réponse était négative. Je ne m’en occupais pas du tout, j’avais même du mal à toucher cette zone sensible. Il ne faut pas du tout y toucher les premiers jours mais trois semaines après, je dirais que l’on peut commencer à l’hydrater. Parce qu’elle est esthéticienne, elle m’a véritablement recommandée d’appliquer une crème à cet endroit, tout en la massant afin qu’elle blanchisse avec le temps. Ce conseil a été en quelque sorte un déclic pour que je prenne de nouveau soin de moi, un déclic pour apprivoiser mon nouveau corps de jeune maman également, un déclic pour porter un autre regard sur cette cicatrice qui fait désormais partie de moi, liée à un véritable bonheur.

Moi-même, tout en étant différenteBien-être jeune maman

J’admire les jeunes mamans qui retrouvent leur coquetterie dès les jours suivant l’accouchement, mais j’avoue que cela n’a pas du tout été le cas de mon côté. A l’hôpital, j’ai passé une partie de mon séjour en blouse semi-ouverte, sans aucun make-up, prête à donner la têtée toutes les deux heures, prête à me faire examiner pour la surveillance des suites de couches. Pour rire, j’ai souvent dit que j’avais laissé ma dignité à l’entrée de l’hôpital, mais ce que je voulais surtout dire, c’est qu’après la naissance de Tom, j’étais à mille lieues de me soucier de mon apparence. Mes priorités étaient toutes autres et j’étais déjà passée sur une autre sphère. C’est finalement le jour de la sortie que je me suis apprêtée, contente de retrouver la maison, l’épisode de la chute d’hormones derrière moi.

En congé maternité, je dois dire que je ne me suis pas vraiment reconnue. Les premières semaines, j’ai eu plus l’impression de ressembler à une grosse loque qu’à une jeune femme. A part si j’avais des rendez-vous médicaux, je passais une grande partie de mes matinées en pyj’ devant La Maison des Maternelles avec bébé dans son transat, je m’habillais casual parce que je n’avais pas du tout envie d’être serrée dans des fringues moulantes et c’est comme cela que je me sentais le mieux. Et puis les semaines passant, j’ai recommencé à prendre du temps pour moi en allant me faire couper les cheveux, en profitant d’un hammam et d’un massage, en m’achetant de nouvelles fringues. Je ne peux pas faire de généralités car chaque maman voit les choses différemment mais une chose est sûre, de mon côté, j’ai vraiment ressenti un avant et un après. La fatigue, le manque de temps, la flemme jouent beaucoup dans le fameux « laisser-aller ». Avant Tom, je ne pouvais pas sortir de chez moi sans une touche de make-up, symbolisé par un trait d’eye-liner ainsi qu’un trait de crayon noir. C’est en étant maquillée que j’avais confiance en moi. Avec la maternité, les priorités ont changé mais seul le temps n’est pas extensible et j’ai finalement découvert une autre version de moi-même, avec comme mot d’ordre la responsabilité. Si j’ai eu le temps de me maquillager, tant mieux, mais il m’arrive souvent de me balader sans maquillage et je ne le vis pas mal. Je suis aussi beaucoup moins lookée qu’avant – même si je n’ai jamais été une grande modeuse – mais je m’accepte et suis tout simplement beaucoup plus indulgente avec moi-même.

Une nouvelle routine bien-êtreBien-être jeune maman

Une quinzaine de jours avant la fin de mon congé maternité, j’ai décidé d’utiliser la carte cadeau Sephora qui m’avait été offerte et qui traînait dans mon portefeuille depuis un bon bout de temps. Quand j’ai reçu ce bon d’achat, je me suis dit qu’il s’agissait d’un cadeau empoisonné : je n’avais pas besoin de nouveau parfum et je ne savais quoi acheter, alors que le montant avait de quoi en enchanter plus d’une. Quand je suis arrivée dans le magasin, j’ai tout de suite accaparée une vendeuse pour m’aiguiller et je me revois lui dire avec ma tête toute enfarinée « Voilà, comme vous pouvez le constater je suis une jeune maman, j’ai très peu de temps devant moi pour me maquiller le matin, mais si vous avez deux trois produits rapides et faciles à utiliser qui pourraient camoufler mes cernes, je suis preneuse« . Un mascara, un nouveau rouge à lèvres, un illuminateur et une poudre… en me faisant conseiller ce samedi matin-là chez Sephora, j’ai laissé la coquetterie de nouveau entrer dans mon quotidien, de manière toute simple. Chronomètre en main, ma routine make-up ne prend pas plus de quatre minutes, sachant que j’ai une règle d’or le matin : petit-déjeuner et me préparer avant d’aller réveiller Tom, car je sais que je n’aurai plus une minute pour moi après qu’il ait ouvert les yeux.

Bien-être jeune maman

Côté produits, je parlais tout à l’heure d’hydratation et je peux en effet dire que c’est en adoptant de nouveaux produits que le déclic pour accepter mon nouveau corps a été également possible. Pour ma cicatrice, j’utilise le lait corps Coach fermeté de la marque bio Omum, que j’applique également sur toute la ceinture abdominale. Je suis une grande fan de son parfum qui fait percevoir des notes de cerise et surtout, j’ai remarqué un raffermissement de la zone au fil des jours. Je recommande de ne pas omettre la poitrine, qui subit quand même pas mal de modifications, surtout si on allaite. Cette crème est en cela parfaite car compatible avec l’allaitement. De même, l’un de mes produits chouchous qui trône sur ma table de chevet depuis des mois est le lait au beurre de karité de La savonnerie du Pilon du Roy. Un vrai bonheur à doser avec son bouchon « pousse-pousse » et une texture fondante associée à un parfum délicat qui ne peut laisser indifférent. « Délicat », c’est finalement l’adjectif adéquat pour parler de ce lait bio qui pénètre rapidement et permet ainsi d’enfiler rapidement ses habits. Pas toujours facile de respecter une régularité dans l’application, conseillée quotidiennement, mais physiquement comme psychologiquement, je suis persuadée que ces petits moments à soi ont un réel impact pour son estime de soi.

De la même marque made in sud (fierté !) et parce que c’est mon amie Anaïs qui me l’a conseillé, j’ai adopté le sérum anti-âge qui se présente sous la forme d’un flacon compte-goutte. Ce produit a pris part à mon rituel et je n’arrête pas de le conseiller à mon tour, car il a l’avantage de durer dans le temps et est vraiment efficace contre les cernes et même plus globalement, pour l’éclat de la peau. Je l’utilise le soir avant le coucher, à raison de 4 à 5 gouttes réparties sur le visage et le cou par le biais de massages circulaires. A contrario, le matin, c’est une crème fluide détox de Bio Beauté by Nuxe dont je ne peux désormais plus me passer. Pourquoi je l’ai choisie ? Parce qu’elle hydrate les peaux ternes et fatiguées, je vous le donne en mille ! Sa texture n’est pas trop liquide (ce que l’on pourrait entendre par « fluide ») et repulpe véritablement la peau, en tout cas cela est vraiment perceptible de mon côté. Bon qu’on se le dise, contre les réveils nocturnes à répétition avec un bébé qui ne fait pas encore bien ses nuits, ces deux derniers produits ne sont pas miraculeux, mais parce qu’il ne faut pas déroger à l’étape hydratation du matin et du soir, autant que cela soit avec des produits conçus pour nous donner un coup de jeune !

Evoquer le bien-être après l’arrivée d’un enfant aura donc été l’occasion de mettre sur le tapis différentes choses, de cette sensation de vide que certaines mamans comme moi peuvent ressentir, à la mise en avant d’une morning routine. Des mois après sa première ébauche, je suis contente d’avoir pu le terminer pour vous partager ma vision d’un bien-être quelque peu malmené mais enfin retrouvé <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *