Babycook un jour, Babycook toujours

Il y a quelques jours, je vous parlais de l’équipement à l’heure du repas de mon petit Tom alors en pleine diversification alimentaire, et vous indiquais notamment que j’allais revenir plus précisément sur notre robot Babycook de Béaba, que j’aime à la foliiiiiie dans son coloris jaune « vanilla » édition limitée macaron. Il existe aussi en rose, mint, bleu clair… autant de teintes pastel dont il est clairement impossible de rester indifférente, pas vrai ?

Babycook

Moi qui cuisais jusqu’à présent tous les fruits et légumes à l’eau faute d’appareil pour cuire à la vapeur – alors qu’il est prouvé que ce type de cuisson préserve toutes les vitamines soit dit en passant – je dois dire que je ne pourrais plus faire sans ! Après presque deux mois d’utilisation hebdomadaire grâce au programme Bande de Parents mis en place par la marque Béaba, je peux enfin vous en dire plus sur notre cher Babycook !

L’indétrônableBabycook

Je peux sans me tromper affirmer que le Babycook est l’un des articles de puériculture les plus connus, que l’on soit parent ou non. Il est mythique, que voulez-vous, non seulement parce que cela fait un paquet d’années qu’il est sur le marché, mais aussi parce qu’il est très facile d’utilisation et facilite ainsi la vie des parents soucieux de réaliser eux-mêmes des petits pots pour bébé. Il a d’ailleurs été récompensé par pas mal de labels et trophées, ce qui en fait, à mon sens, un indispensable à avoir chez soi, en version compacte ou en version double avec deux paniers.

Les secrets du BabycookBabycook Béaba

Pourquoi le Babycook plaît-il autant aux parents ? Pourquoi est-il tant offert sur les listes de naissance ? Pourquoi fait-il partie d’un des « must-have »? C’est le genre de questions que je me suis posée avant d’en connaître les secrets, et je peux dire que j’ai désormais les réponses ! Ses atouts ? On retient souvent du Babycook qu’il cuit et mixe, mais il est aussi remarquable qu’il décongèle et réchauffe… de façon très intuitive et simple ! Son inconvénient ? En version compacte, son bol de 100 ml ne permet pas de préparer des portions à l’avance et si tel est le but, il convient alors comme moi d’enchaîner les cuissons puis de réaliser les mixages. Cela se fait très bien, sachant que ce n’est pas comme un plat qui est sur le feu et que l’on doit surveiller : pour ma part, j’ai pris l’habitude de découper tous mes fruits/légumes, de préparer des petites assiettes correspondant aux portions adéquates de 150g, avant de lancer les cuissons, puis quand tout est fini, de passer au mixage. Cela évite ainsi de relaver le bol à chaque fois. Et même si l’on ne reste pas en cuisine, on entend très bien la fin de la cuisson au bout de 15 minutes, grâce au bip-bip qui résonne plusieurs fois. Autre option : non pas opter pour le modèle classique, mais pour le Babycook Plus, qui se distingue par ses 2 bols indépendants qui permettent de cuire en même temps deux préparations.

Le plaisir de cuisiner pour bébé
Babycook

Chaque week-end donc, je sors mon Babycook de son carton pour m’adonner à la préparation des petits pots. J’aime vraiment me consacrer à cela, surtout que je m’amuse à trouver des associations de saveurs afin de faire découvrir à Tom de nouveaux mélanges. Avec l’introduction récemment de la viande, des œufs et du poisson, il y a encore plus de possibilités ! Cuisiner pour bébé, un plaisir ? Franchement avec le Babycook, j’ai vraiment l’impression de retomber en enfance et de préparer des petits plats pour mes invitées… poupées. Peut-être que le coloris tout doux du robot amplifie le côté « dînette » ?

En pratiqueBabycook

J’ai pris l’habitude de réaliser des Insta Stories sur mon compte où je vous montre les petits pots en préparation et vous demande aussi votre avis quant à des nouveaux goûts que je pourrais proposer à Tom. Pour décomposer ces étapes, rien de mieux que de vous montrer directement les images de ces Stories, pas très lumineuses je l’avoue, mais qui ont au moins le mérite d’être claires :

  1. On détaille les aliments en petits cubes de 1 x 1 cm. A l’aide du bol, on remplit l’eau jusqu’au niveau 3 bien repérable, dans le cas d’une portion de 150 g. On verse l’eau dans la cuve.
  2. On ajoute les cubes au panier.
  3. On referme le couvercle, on appuie sur l’unique bouton et hop, c’est parti pour 15 minutes de cuisson vapeur. Si on a mal positionné le panier ou le bol, la cuisson ne se lance tout simplement pas et on est tout de suite averti puisque le gros bouton ne s’allume pas.
  4. On retire l’eau de cuisson du bol mais on la garde au cas où la purée ou la compote en question nécessite d’être lissée. On ajoute les légumes, fruits ou protéines cuits au bol de mixage. On fixe le couvercle.
  5. On mixe quelques secondes en tournant le bouton et en vérifiant régulièrement la texture.
  6. Il n’y a plus qu’à remplir ses pots de conservation.

Tout est super bien expliqué dans le manuel d’utilisation, avec schémas à l’appui, qui donne aussi des indications sur l’entretien, le démontage etc. Et au sujet des recettes vraiment adaptées au Babycook (avec les bons dosages d’eau selon les quantités d’aliments), je vous conseille les livres Mes p’tites recettes, je les avais gagnés à un concours l’année dernière et j’ai beaucoup utilisé le premier de la collection « 4-6 mois » (forcément). A savoir qu’en vraie fan de bouquins, je vous dédierai un article consacré aux ouvrages de recettes pour tout-petits car j’en ai acheté plusieurs qui ont tous leurs particularités… autant vous les faire partager !

Alors êtes-vous prêt(e) à adopter le Babycook ? Si vous craquez sur l’un de ces coloris pastel, je vous conseille vraiment de vous dépêcher de vous le procurer sur le site Béaba, car il s’agit d’une édition très limitée et vu le succès qu’elle a, je ne serais pas étonnée qu’elle soit prochainement sold out.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *